• En ligne actuellement :
  • 0
  • joueurs
  • 0
  • tournois

Tour de France 12ème étape : continuer à suivre ou attaquer ?

Dernier volet du triptyque alpestre ce jeudi en directe de l'Alpe d'Huez. Avant de franchir la ligne au sommet après les 21 lacets et ce pour la 30ème fois dans l'histoire du Tour de France, il aura déjà fallu engloutir plus de 150 km et un copieux programme.

Outre la montée finale vers l'Alpe, deux cols aussi mythiques que longs se dressent sur le parcours. Plus de 40 kilomètres pour avaler le col de la Croix de fer et le col de la Madeleine ; et autant de kilomètres pour tenter de faire sauter l'équipe Sky. Oui les Sky n'ont plus un, mais deux leaders, et on attend maintenant la réponse de Christoper Froome à Geraint Thomas

Nibali, le requin veut croquer

On parle de noms qui sont restés gravés en haut de l'Alpe d'Huez. C'est le cas de Marco Pantani, son compatriote. Le pirate a toujours brillé sur ces lacets et si Nibali veut rester dans la mémoire des italiens, il lui faut cet exploit. Pas complètement décroché ce mercredi à la Rosière, le coureur de la Bahrein-Merida a plus été dans la réaction que dans l'action. Il faisait partie d'un petit groupe de battus à l'arrivée. Alors, peut-être, lui faudra-t-il attaquer de plus loin pour faire de réelles différences, plutôt que d'attendre les 5 derniers kilomètres. Facile de définir la tactique, plus difficile de l'appliquer. Le vainqueur de Milan San Remo cette année n'a plus gagné, sur le Tour, depuis 2015. C'était au Sybelles devant Quintana et Froome. De quoi donner des idées au requin afin qu'il reparte en chasse.

Dumoulin, ça déménage

Il sera peut-être la surprise de ce Tour 2018. Habitué à briller sur le Giro, Le néerlandais du team Sunweb a déjà gagné une étape sur le Tour. C'était en 2016 à Arcalis, une étape de Montagne. Mais Tom Dumoulin n'est pas un pur grimpeur. Plutôt de la trempe des Ullrich et Indurain en leur temps, de gros rouleurs capables d'accompagner les meilleurs en montagne. Voilà pourquoi ce mercredi à la Rosière, Dumoulin a anticipé et attaqué dans la descente précédent la dernière ascension. Un pari audacieux qui a presque payé puisqu'il termine 2ème de l'étape et a pu grimper sur le podium provisoire. Maintenant reste à savoir quels seront ses objectifs désormais. Le général ou les étapes, la question reste en suspens...

La tradition française ?

C'est devenu une tradition : l'Alpe d'Huez est le terrain de jeu des Français. Sur les 3 dernières étapes arrivant là-haut, 3 français se sont imposés. Pinot en 2015, Rolland en 2013 et Riblon en 2011. Avant cela la disette tricolore avait duré plus de 20 ans. Plus de complexe donc pour les Bleus et ils sont nombreux à pouvoir prétendre à la victoire cette année. Après deux jours de montagne intensifs, Warren Barguil est décroché, comme il le souhaitait, au général : 21ème à plus de 12 minutes du leader. Il pourrait donc se placer dans la bonne échappée du jour et résister dans l'ascension finale. Voilà pour le scénario rêvé des français, reste à trouver des acteurs. Lilian Calmejane dit aimer les tracés longs, celui de l'étape 12 pourrait lui convenir parfaitement. Pêle-mêle, Gaudu, la nouvelle pépite française, Guilaume Martin, Pierre Latour ou ecore Pierre Rolland, sont tous des outsiders en puissance. Mais les grandes chances de victoires reposent sur les épaules de Romain Bardet, qui voudra également faire un grand coup pour le classement général.

Notre "tuyau" du jour

Chris Froome encore piégé ?

Jamais deux sans trois ! Oui mais voilà, Froome va vouloir laver l'affront ce jeudi. Surpris par l'attaque de Thomas dans la montée vers la Rosière hier, le quadruple vainqueur du Tour n'a pas voulu rouler sur son coéquipier et a attendu la roue de Dan Martin pour recoller à la tête de course, avant d'échouer sur la ligne pour prendre la 2ème place de l'étape. Froome reste le leader de la Team Sky et sa deuxième place, actuelle au général est anecdotique. Il veut, sans doute, s'offrir l'étape reine et s'imposer comme les plus grands à l'Alpe d'Huez : Coppi, Zoetemelk, Fignon, Hinault ou encore Pantani, des noms qui résonnent encore. Froome aimerait aussi que le sien reste tout là-haut.







Sebastien Alvarez
@BetStarsFR dans Cyclisme